Vous connaissez sûrement spreadshirt.net. Ce service permet d’acheter des objets personnalisés à l’unité ainsi que de créer sa boutique.
J’avais depuis longtemps en tête de tester le service pour le coupler à ce blog, mais ce projet avait toujours été repoussé par manque de temps. Aussi quand le paradis du Buzz m’a offert un bon d’achat pour créer mon t-shirt j’ai tout de suite accepté.

Le test est en deux parties : la création et l’achat d’un produit personnalisé ; la création d’une boutique.

1-la création et l’achat d’un produit personnalisé :
Le module « designer » de spreadshirt permet de personnaliser et d’acheter un produit sans passer par une boutique. J’ai donc créé un motif digital (sous ‘toshop) que j’ai importé dans le module. J’ai ensuite choisi mon support, un t-shirt American Apparel (la meilleure qualité aux dires des pros) gris pétrole. J’ai passé ma commande, et le t-shirt était chez moi sous 2 jours.
Bilan : L’outil est clair, facile à utiliser. Par contre, le rendu de mon motif n’est pas optimal mais je ne peux m’en prendre qu’à moi-même car je n’ai pas suivi les préconisations du site : le transfert numérique sur textile foncé, ce n’est pas le top…

2 – Créer sa boutique :
Là, c’est une autre paire de manche…Au premier abord, on se dit que l’on a vraiment tous les outils en main pour faire quelque chose de canon, et c’est vrai. Les options sont nombreuses, ainsi que les conseils pour créer sa boutique et générer un maximum de ventes (conseils marketing, bannières etc…).
Par contre la mise en œuvre ne s’avère pas si simple :
- la création de motifs vectoriels (pour offrir des produits sérigraphiés ou floqués, donc de meilleure qualité que le transfert numérique) est sujette à de nombreuses contraintes techniques (format de fichier, nombre de couleurs, dimensions du visuel, complexité du motif…). Autant vous dire que si vous n’avez pas un minimum de base en dessin vectoriel ça va être coton…
- le site manque d’ergonomie, les menus ne sont pas toujours explicites, notamment pour la création de l’interface de la boutique.
- si pour la personnalisation de la boutique, le gros « plus » est un code HTML et CSS ouvert, le revers de la médaille est que le néophyte se trouvera un peu perdu devant ces lignes de codes : il manque quelques designs standards pour débuter, ou une interface WISIWIG (What I see Is What I get, ou plus simplement un système de prévisualisation en temps réel).

Voilà mes premières impressions. Mon premier motif a été refusé et je dois le remanier pour qu’il cadre aux exigences techniques. Mais cela ne me décourage pas, au contraire, je suis bien décidé à lancer mon shop okcowboy.
Je reviendrai à l’occasion sur ce post, une fois que j’aurais quelque chose de concret à vous montrer.

technorati tags: