Cela fait plus d’un an maintenant que j’écoute régulièrement des podcasts. Alors qu’auparavant j’étais toujours connecté, avec un accès 3G, j’avais toujours accès à mes émissions en replay. Désormais avec des déplacements fréquents en train ou avion, en France ou à l’étranger j’amène mes podcasts préférés avec moi, toujours disponibles sur mon téléphone.
Parmi ceux-ci, j’ai donc des choses assez diverses comme les Grosses Têtes de RTL (une valeur sûre), l’After Foot de RMC, Qui Vive d’Europe 1 (émission sur la philosophie de Raphaël Enthoven) et La drôle d’humeur d’Emmanuel Barré sur France Inter.
Des petits moments d’humour ou de réflexion, des morceaux de France qui m’accompagnent quand je pars loin.

Un mensuel drôle et intelligent

Mais l’émission la plus surprenante, mon véritable coup de cœur, c’est Studio 404, l’émission de société numérique.
Au programme de ces émissions mensuelles animé par Lâm Hua, 4 thèmes majeurs de l’actualité numérique sont développés par les chroniqueurs FibreTigre, Melissa, Daz et Sylvain Palais. Au-delà de cette apparente structure, l’émission ressemble à une discussion entre amis sur la thématique du numérique et de son impact sur notre quotidien.

Le numérique est partout

Une thématique numérique, ca peut être Youtube, Twitter, Uber, Instagram, l’anonymat, les journalistes face aux fake news, la réalité virtuelle, Periscope, le travail digitalisé, les start-up, le mode avion, le transhumanisme, le web decentralisé, les like, l’art, le stalking, les élections, le jeu vidéo, les smartphones, le crowdfunding, Facebook…

Un écosystème évolutif

Tous ces sujets, vous pensez déjà les connaître. Les grands médias traditionnels en parlent mais souvent les survolent, parfois parce qu’ils sont complexes et surtout parce qu’ils ne les comprennent pas (ou les deux). On case ainsi aujourd’hui le terme « Uberisation » dans chaque sujet comme on le faisait autrefois avec la Mondialisation. Ca fait peur, c’est complexe mais personne ne nous explique concrètement ce que ca change.
En fait, tous ces outils numériques (Youtube, Uber, Facebook…) sont présentés comme des « choses » uniques et un peu futiles avec des usages séparés, loin des préoccupations quotidiennes et importantes de « M. Tout le Monde qui travaille » alors même que son quotidien est radicalement transformé.
Youtube par exemple est un site Internet, une plateforme vidéo. Mais elle a complètement bouleversé les domaines de la communication, de la publicité, de l’Art, des sciences, de la Création, des modes de rémunération. 

En commençant à écouter les podcasts de Studio 404 (référence j’imagine à l’Erreur 404, qui indiquait qu’une page Web n’existait pas), je ne connaissais pas les profils des chroniqueurs ni leurs professions, leurs âges et à vrai dire, cela n’avait pas vraiment d’importance. A l’instar de leurs sujets, leurs profils se complétaient, leurs points de vue s’opposaient ou s’équilibraient. Et même lorsqu’ils devenaient très pointus dans leurs approches, très au courant des épiphénomènes survenus dans les microsphères numériques de Twitter, des blogs ou du monde journalistique, cela n’enlevait rien à leur argumentation et leur capacité à vulgariser, simplifier des sujets compliqués. Au contraire, l’équipe de Studio 404, se sert d’exemples précis traités avec sérieux, humour et souvent de l’autodérision pour étayer leurs thèses.

« La détresse du like »

Dans l’émission de Septembre 2016, les chroniqueurs abordaient ainsi le sujet « La détresse du Like ». Il s’agissait d’évoquer le sens, la valeur d’un Like et ses conséquences d’un côté pour les blogueurs et les Instagrammeurs et de l’autre pour les lecteurs/consommateurs.
Alors qu’une blogueuse mode s’indignait du faible nombre de likes sur ces billets par rapport aux nombre de ses lecteurs, elle estimait que ses lecteurs passifs lui causaient du tort. Que lire son article ou regarder ses photos sans liker revenait à « aller à un spectacle et ne pas applaudir à la fin ».
Ah! Vous n’aviez pensé à ça en cliquant sur ce petit pouce levé!
Depuis que billets, posts, photos sont devenus « professionnels », les likes sont désormais devenus à la fois des moyens de mesure de notoriété, de performance et de rémunération. Les lecteurs sont devenus des consommateurs et des clients qui peuvent à la fois consommer, rémunérer et promouvoir les auteurs. En observant ce nouveau modèle économique, de nouveaux entrants sont arrivés et ont souhaité prendre une part dans un gâteau économiquement grandissant. Mais plus il y a de personnes, plus la valeur d’un like diminue.
Et évidemment un like n’a pas la même valeur selon si vous évoluez dans le domaine de la Mode, du Luxe ou du saucisson Cochonou…
Vous l’avez compris, le like est une devenue une économie dans laquelle certains ne trouvent plus leur compte.

Voilà c’est ce genre d’analyse traitée avec légèreté qui fait de Studio 404, une excellente émission, drôle, instructive et divertissante. Un an après, certaines émissions sont toujours d’actualité et parfois même prémonitoires. Je ne saurais donc trop vous conseiller de prendre une heure (parfois plus) tous les mois pour comprendre le monde dans lequel vous allez vivre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Category

Société

Tags

, ,