Syd Matters Bbrotherocean

Syd Matters BbrotheroceanL’été en tant qu’amateur de musique est toujours un peu la saison du pauvre. Cette année 2010 n’a pas vraiment dérogé à la règle même si certains ont tiré leur épingle du jeu (cf pas chroniqué mais vivement conseillé). En revanche la nouvelle saison musicale s’annonce palpitante et on ne pouvait pas rêver meilleur lancement que ce nouvel album de Syd Matters : Brotherocean, à paraître le 30 août prochain.

Je me revois encore découvrir le groupe sur scène avant la sortie de son premier album, en compagnie d’une centaine de personnes et discuter avec Jonathan Morali et ses acolytes au bar. 7 ans plus tard et 3 albums indispensables au compteur, Syd Matters est devenu une référence de pop mélancolique et subtile.

Brotherocean évolue entre Ghost Days, plus acoustique et Someday We Will Forsee Obstacles, plus psychédélique. Ici tout n’est que raffinement, chaque titre est un voyage sensoriel, un rêve mais éveillé…car si il y a bien une chose qui se dégage sur cet album plus que sur tout autre c’est bien sa luminosité et sa chaleur. Chaque beat/percussion, note de guitare, de clavier s’enchaîne avec une limpidité déconcertante et est magnifié par la voix de Jonathan et des chœurs, omniprésents sur cet opus.

Syd MattersQuelques exemples de diamants musicaux rencontrés sur ce Brotherocean qui en est rempli : Hi Life, premier single tout simplement parfait mélodiquement et dont vos poils se souviendront à chaque fois que vous y reviendrez. Rest ou encore River Sister,  sont teintés de beats psychédéliques et difficile de ne pas penser au travail de Radiohead dont Jonathan est fan. I Might Float, incroyable envolée musicale pourrait bien vous emmener beaucoup plus haut que son titre ne le laisse penser.
En revanche Lost porte bien son nom, vous n’avez plus qu’à vous laisser bercer par votre imaginaire et vous perdre dans ses nouvelles contrées… what a strange feeling to be lost dans le texte.

Le soin apporté à cet album est assez incroyable, la méticulosité des arrangements insensée, mais le résultat est là : chaque titre laisse une marque indélébile à nos sens. L’harmonie est parfaite et tout devient possible : évasion, rêverie, introspection, contemplation… Je pourrais continuer mais la liste est infinie et s’acharner à retranscrire avec des mots des sensations indescriptibles ne rimerait à rien.
C’est là toute la beauté de la musique non ?

Brotherocean est une pyramide pop/folk  et Syd Matters son architecte… un des albums de l’année et certainement le groupe français de la décennie. Captivant !

En écoute : Hi Life

Pas chroniqué mais vivement conseillé

Arcade FireThe Suburbs par Arcade Fire: plus dense que les précédents albums mais aussi plus convenu, ce nouvel album est aussi l’occasion de voir toute la palette pop d’un groupe toujours passionnant.

 

 

Adam KESHERChallenging Nature par Adam Kesher: 2ème album du français qui mélange electro, rock, son 80’s. La folie du premier opus Heading For The Hills, Feeling The Warm Inside a laissé place à plus d’homogénéité. Un peu dommage mais certaines chansons valent à elles seules le détour, Hundred Years Later en tête.

 

Phil Selway FamilialFamilial par Phil Selway: S’il est bien un membre de Radiohead dont on ne connait pas grand chose c’est bien son batteur. Echappé de son groupe pour une première aventure solo, il propose sur  Familial une musique acoustique, intimiste et se révèle être en plus d’un bon songwriter, un très bon chanteur.

 

Axel and the FarmersAxel & The Farmers: je vous avais déjà parlé de ces frenchies il y a quelque temps alors que le groupe cherchait une maison de disque.  Leur premier album vient (enfin) de sortir, bourré d’influences pop/new wave et c’est franchement très bon. A découvrir et faire découvrir pour éviter de passer à côté de perles comme Dream #7 et Dance Hall